VAVA

Comme un ouragan

Ce samedi soir premier dîner chez VAVA. Le restaurant a ouvert ses portes il y a quelques mois au 42 rue Véron, dans le charmant quartier des abbesses.

VAVA = Venez Avec Votre Amour. D’accord mais rendez-nous le bien, nous avons des cœurs fragiles et des estomacs exigeants.

A notre arrivée un tonnerre de Brest gronde dans la petite salle où deux hommes tourbillonnent entre les tables. Ces deux hommes ne sont autres que Rida Amajod et Enzo Nicaise, les propriétaires du lieu. Pour la cuisine ils ont su bien s’entourer du chef Benjamin Mathieu, qui a notamment travaillé au côté de Sylvestre Wahid, Alain Ducasse ou encore Eric Frechon.

La décoration est soignée dans un espace assez sombre et intimiste : mur bleu / gris, tables (hautes et basses) en bois éclairées à la bougie, banquette en cuir marron, cuisine ouverte.

Pour nous appâter on nous présente une chips de riz soufflé garnie d’un confis de carotte / curcuma / petit morceau d’anchois. Attention séduisante. Papillons dans le ventre nous attendons désormais promesses et engagement. En entrée : Poulpe, petits pois, févettes et condiment hareng fumé. Mon cœur palpite. Puis, œuf parfait, girolles, jambon et coulis de laitue. Les éléments sont un peu noyés, petite larme… En plat : je choisis le saumon (parfaitement cuit), dont la peau est reconstituée avec des algues Nori, servi avec des brocolini grillés et en purée ainsi que d’excellents blinis maison avec crème au Yuzu. Mon convive se laisse tenter par le bœuf cuit façon barbecue accompagné d’une onctueuse purée de pomme de terre soufflée et fumée, et de piments doux confis. Le voyage s’achève comme une bataille sans trêve par un dessert figue que l’on dévore avec adoration.

Côté soif : la carte des vins est déjà bien fournie. On opte pour quelques verres de Bordeaux rouge Bio – Domaine Chastelet, Le grand vin 2012.

Pendant notre dîner les couverts se renouvellent telles un incendie qu’on ne peut plus arrêter. Quel succès !

Bilan : la flamme est née. Nous avons succombé au charme de cette attendrissante et attachante adresse qui prend ses marques. Nous reviendrons très vite pour déguster à l’heure de l’apéro les « Passe temps » : Kebab, ceviche de dorade, poutargue rapée sur brioche…

« La passion fournit les arguments incontestables pour contourner les obstacles. »  Antoine Riboud

  • Adresse : 42 rue Véron, Paris 18
  • Prix : de 15 à 53€ à la carte – Tapas de 6 à 9€

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :